Compte rendu de l’action du site CluzelFondations.org – Juillet/Août 2010

Pour Jean et Madeleine Cluzel, le microcrédit est l’un des plus efficaces et des plus justes moyens d’aider à l’indispensable développement économique et humain des pays émergents. Une manière rapide et adaptée pour l’ancien sénateur et son épouse « de penser aux autres et à l’avenir ».  Ils ont décidé de créer le site CluzelFondations.org dédié au microcrédit et aux micro-entrepreneurs en Asie et en Afrique, via la plateforme Babyloan, en attendant que des actions identiques soient possibles en France.

***

1/ Récapitulatif de l’action du site CluzelFondations.org en juillet 2010

Au cours du mois de juillet, 19 projets ont été financés par le site.

Répartition géographique des projets soutenus :

– 3 au Bénin via l’institution de microfinance FINADEV
– 6 au Vietnam via l’institution de microfinance Chamroeun
– 10 au Cambodge via l’institution de microfinance SEDA

Ces projets sont portés majoritairement par des femmes, soit 89 %.
Les types d’activités des projets soutenus sont répartis de la manière suivante :

Au mois de juillet, deux exemples de projets soutenus :
L’épicerie de Srey  / juillet 2010
Cambodge

Srey a 28 ans et vit avec ses deux enfants et son mari. Ce dernier travaille pour une entreprise privée  et gagne un bon salaire pour soutenir sa famille. Srey tient une sorte d’épicerie à son domicile, au village. Toutefois, son stock n’est pas suffisant pour répondre aux besoins des clients ; elle aimerait donc acheter davantage de produits pour attirer encore plus de clients. Elle a obtenu un micro-crédit pour acheter de la bière, des sodas, de la glace, et du riz et pour aménager la     boutique. Elle pense que les bénéfices lui permettront d’offrir à sa famille de meilleures conditions de vie.

Le Tuk-tuk de Sokhan / juillet 2010
Cambodge

Sokhan a 43 ans et est père de 2 enfants, qui vont tous deux à l’école primaire. Sokhan est chauffeur de tuk tuk (tricycle motorisé servant de taxi) et vend également de l’engrais. Il se rend en tuk tuk au marché, où il dispose d’un stand. Toutefois, ses revenus ne sont pas suffisants et il a parfois des problèmes avec son tricycle. Il a besoin d’argent pour le réparer et pour acheter de l’engrais, afin de développer son activité. Il espère augmenter ses bénéfices et offrir un meilleur service à ses clients.

2/ Récapitulatif de l’action du site CluzelFondations.org en août 2010

Au cours du mois d’août, 14 projets ont été financés par le site.

Répartition géographique des projets soutenus :

– 2 au Bénin via l’institution de microfinance FINADEV
– 4 au Vietnam via l’institution de microfinance Chamroeun
– 6 au Cambodge via l’institution de microfinance SEDA
– 2 au Togo via l’institution de microfinance WAGES

Ces projets sont portés majoritairement par des femmes, à plus de 95%.
Les types d’activités des projets soutenus sont répartis de la manière suivante :

Au mois d’août, deux exemples de projets soutenus :

L’exploitation agricole de Duyen / août 2010
Vietnam


Duyen a 42 ans. Elle vit avec ses 2 enfants dans un hameau nommé Thacqua. Elle tient une exploitation agricole où elle a de nombreuses activités, comme faire pousser du riz et des légumes et élever des porcs. Lorsqu’elle a du temps libre, elle fait de la couture pour gagner un peu plus d’argent. Son mari travaille très loin de chez eux et son salaire couvre tout juste les dépenses familiales. Les frais de scolarité de leurs enfants sont un problème car l’université coûte cher et ils n’ont pas suffisamment d’argent pour cela. Grâce au microcrédit, elle a pu acheter 6 porcs supplémentaires afin de développer son activité.

Les produits de beauté d’Afi / août 2010
Togo


Afi est une femme de 43 ans très dynamique. Elle est mariée et mère de trois enfants. Son activité consiste à vendre des produits cosmétiques : défrisants et démêlants capillaires, shampooings, gels, maquillage, diverses crèmes… Elle achète son stock au grand marché de Lomé, puis revend ses produits dans sa boutique, située dans un quartier en périphérie de Lomé. Grâce au crédit qui lui a été accordé, elle a pu acheter davantage de gel et de défrisant pour cheveux afin de répondre à la demande de sa clientèle. Elle espère que ce nouveau stock accroîtra ses bénéfices, ce qui lui permettra d’améliorer les conditions sanitaires dans lesquelles sa famille vit, ainsi que de mieux contribuer à l’éducation de ses enfants.

Conclusion :

Pour plus d’informations sur le partenariat avec Babyloan, n’hésitez pas à contacter Pauline Bodin, responsable des partenariats pour Babyloan, en vous recommandant du site CluzelFondations.org . (pauline@babyloan.org // 01.71.16.21.28 )